UNE POESIE AUX COULEURS DE LIBERTE

ImageL’auteur de Marche vers toi (Lomé, Haho, 1996), a sorti en 2007  Couleurs de liberté (Lomé,  éd. Graines de pensées).  Vous le connaissez sans doute,  sinon il s’appelle  Dieudonné Ewomsan. Son nom, toute une métaphore ! Voilà pourquoi sa plume n’accouche que de la poésie, espace par excellence de l’exercice des belles images. Et lorsque qu’Ewomsan trouve à la liberté ses couleurs, cela donne un recueil de poésie divisé en deux parties : Dolorique espérance et Impressions libertaires. Une double démarche artistique qui conduit à une même quête, celle de la liberté, cette liberté qui a ses coups et son coût, pour reprendre les mots du poète lui-même.

Ces coups et ce coût de la liberté constituent, en effet, la « part sombre » des poèmes de cet auteur togolais. C’est en cela qu’on observe dans tout le recueil  l’emploi d’un lexique de la détresse, de la douleur, de la désolation et de tous les drames qui, d’une manière ou d’une autre, avilissent  l’humain, l’étouffent dans son espace et dans son rapport aux autres. Lisez plutôt :

 

Je suis le fleuve où ne tarit la douleur

Le fruit dont on a ôté la saveur

L’enfant de la détresse

……

Je suis le père que le fils assassine

L’ardeur dont on coupe la sève

Le sommeil où l’on proscrit le rêve

….

Je suis le pays meurtri

L’espace des espoirs calcinés

…..

p.13

Ainsi se décline l’écriture d’Ewomsan. Sobre et dense, empruntant aux mots de tous les jours leur part de non-dit et à la rime sa rigueur. Etrange procédé que de se soumettre entièrement aux contraintes de la rime pour un poète qui part à la quête de la liberté ! Comme quoi la liberté a aussi ses goûts.

Une chose est sûre, c’est que la plume d’Ewomsan ne tergiverse pas, elle dit dignement les faiblesses, les malheurs de sa société, de son Togo natal et tous les autres pays en panne de démocratie. C’est une poésie bien engagée qui présente, sans complaisance, le lourd tribut payé aux bourreaux dans la marche des peuples vers la liberté : du Togo et ses ratés historiques( Requiem pour un enfant, p.15 ;  Que le Togo vive, p.41) à la fournaise des deux Congo (La prière du poète, p.56), des malheurs du Rwanda(p. 54) à la triste mémoire de Sarajevo( p.59), la plume du poète côtoie Histoire et actualité pour questionner davantage nos rapports trop tragiques aux libertés individuelles et collectives.

Cependant Couleurs de liberté n’est pas que complainte, il est aussi  voyage au cœur d’une sensibilité humaniste, une invite à la pratique de l’amour et de l’espérance. Comme chez David Diop, presque tous les poèmes d’Ewomsan finissent sur une note d’espoir, espoir que  l’on peut retrouver le sourire (p.59) pour enfanter la ronde des jours heureux !

Image

Publicités

Un commentaire sur “UNE POESIE AUX COULEURS DE LIBERTE

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :